hsperson.fr
  •  
  •  

Qu'est-ce la haute sensibilité ?

Si vous êtes hautement sensible, il serait bien que vous commenciez par lire ce qui suit : 
  • Ce trait de tempérament est normal. On le trouve chez 15 - 30 % de la population globale – c’est trop pour que ce soit un trouble, mais pas assez pour que la majorité des gens ne vous comprenne vraiment.
  • Ce trait de tempérament n’est pas une nouvelle découverte, mais il a souvent été mal compris. Puisque les personnes hypersensibles préfèrent d’observer avant de se lancer dans une situation inconnue (« pause to check »), elles se font souvent appeler « timide ». Néanmoins, la timidité, ou la peur d'être socialement jugé) n’est pas un comportement inné, mais appris. En fait, malgré le fait que ce trait de tempérament est souvent mépris pour de l'introversion, 30 % des hypersensibles sont extravertis et 30 % (introvertis et extravertis confondus) sont nés avec un autre trait de tempérament qui s'appelle « chercheur de sensations ». La haute sensibilité peut aussi être méprise pour de l’inhibition, de la crainte, de l’anxiété ou de la dépression - bien sûr, il existe des personnes hypersensibles qui se comportent de la sorte, mais ceci ne fait pas parti du trait de tempérament en soi.
  • Ce trait de tempérament est inné, et se trouve dans le bagage génétique chez 15 – 30% de la population globale (également réparti entre garçons et filles) et la plupart des espèces animales. En effet, des biologistes ont pu l’observer chez une centaine d’espèces (et il y en a probablement beaucoup plus), allant des moucherons aux primates en passant par des animaux de la ferme ainsi que des oiseaux, des poissons, des renards, des élans... Ce trait de personnalité inné reflète un certain type de stratégie de survie dans l'évolution, qui est d’observer et réfléchir avant d’agir (« pause to check ») au lieu d'agir rapidement pour des résultats immédiats avec le risque que ça ne se passe pas bien. 
  • Vous percevez des subtilités que les autres ne remarquent pas. Ceci principalement parce que le cerveau « hypersensible » réfléchit sur les informations sensorielles à un niveau plus profond que le cerveau « non-hypersensible ». Ce n’est donc pas le fait de porter des lunettes ou un appareil accoustique qui vous fait voir ou entendre mieux, mais c’est votre cerveau qui est comme programmé pour percevoir plus.
  • Vous êtes plus vite surstimulé que les autres. Puisque vous remarquez tout et que vous y pensez profondément, il va de soi que vous devenez vite surstimulé quand les choses autour de vous sont trop intenses, complexes, chaotiques ou nouvelles. Vous pouvez aussi être surstimulé (ou accablé ou stressé) par les contacts sociaux, vos émotions (qui vous font réfléchir en profondeur), les signaux émis par votre corps, quand vous devez faire plusieurs choses en même temps, quand on vous observe, quand vous êtes chronométré...
  • L’hypersensibilité est vue différemment selon les cultures. Dans les cultures où l’hypersensibilité n’est pas bien valorisée, les personnes hautement sensibles ont tendance d’avoir l’estime de soi basse : elles ont tellement entendu « Ne soit pas si sensible ! » qu’elles ont fini par se sentir bizarres ou anormales.

D.O.E.S. ou les 4 piliers
Pour mieux saisir ce que la haute sensibilité signifie, Dr Elaine Aron a créé un acronyme – D.O.E.S. – qui embrasse tous les aspects de la haute sensibilité :

D – pour Depth of processing ou Traitement en profondeur
O – pour Overstimulation ou Surstimulation
E – pour Emotional responsivity/Empathy ou Empathie/Réceptivité émotionnelle
S – pour Sensitive to subtleties ou Sensibilité aux subtilités

L'acronym D.O.E.S. est presque devenu un synonyme de haute sensibilité. C’est parce que chaque personne hypersensible a quelque chose (plus ou moins) de chaque lettre. Il est vrai que n’importe qui peut être empathique (E), mais si cette personne n’est pas vite surstimulé (O), il ne s’agit pas de quelqu’un d’hypersensible. Dans mon livre, je parle plutôt des « 4 piliers », car l’acronyme D.O.E.S. donnerait T.S.E.S. en français, ce qui ne veut rien dire.

Voyons maintenant ce que chaque pilier signifie (ce qui suit n’est pas exhaustif) :

Traitement en profondeur
Ce pilier est la base de la haute sensibilité. Des recherches avec images IRM du cerveau montrent que la personne hypersensible traite les informations sensorielles plus en profondeur que la moyenne des gens. Par exemple, quand vous voulez retenir un code pour une carte de crédit (parce que vous n’avez rien pour le noter), vous faites un tas d’astuces mentales puisque vous ne voulez pas l’oublier : vous répétez le code, vous essayez d’y trouver une logique, vous faites des comparaisons avec d’autres choses… Le traitement en profondeur, c'est plus que reconnaitre les lettres de l'alphabet par leur forme ou arriver à lire un mot, c'est aussi la faculté de capter le sens subtil des mots. C'est ça, « traiter en profondeur ». La personne hypersensible le fait sans arrêt, consciemment ou inconsciemment (c.a.d. aussi dans son sommeil). Quand vous prenez une décision, sans savoir comment vous y êtes arrivé, c’est votre traitement approfondi inconsciente qui vous parle… on appelle cela intuition, et la personne hautement sensible a en général une bonne intuition. Et quand vous prenez une décision consciente, vous êtes peut-être moins rapide que les autres (mais pas toujours) et c’est parce que vous pesez le pour et le contre avec beaucoup de précaution – cela c’est aussi un traitement en profondeur.

Surstimulation
Si la personne hypersensible perçoit chaque petite chose dans une situation, et si la situation est compliquée (plusieurs choses en même temps ou à retenir), intense (bruits, foules) ou persiste trop longtemps (2 heures de transports publics chaque jour), il semble logique qu’elle va se fatiguer plus vite que la moyenne des gens, puisqu’elle doit faire son traitement en profondeur, c.a.d. analyser tout ce qu’elle aperçoit autour d’elle. Une personne non-hypersensible ne va pas remarquer autant de choses et, par conséquent, elle ne va pas se fatiguer aussi vite. Après avoir passé une journée à visiter Londres, vous n’avez pas trop envie de continuer la soirée dans un pub bruyant mais plutôt de rester tranquille dans votre chambre d’hôtel (pour goûter le silence plutôt que la bière). En effet, la personne hautement sensible est vite surstimulée, et son seuil de tolérance de stress est en général assez bas. Beaucoup de personnes hypersensibles, même extraverties, ont appris à éviter des situations trop stimulantes. La stimulation n’est pas nécessairement physique, elle peut aussi être sociale, et elle peut être une conséquence des émotions plus intenses (et les nouvelles pensées que celles-ci engendrent).

Empathie/Réceptivité émotionnelle
La personne hypersensible a des émotions plus intenses que la personne non-hypersensible. D’autres études avec images IRM du cerveau montrent qu'elle réagit plus que les autres par rapport aux circonstances négatives, mais aussi positives! En fait, elle réagit plus qu’une personne non-hypersensible, particulièrement à des images de connotation positive (tourte d’anniversaire, chiot, chaton…). Ceci est encore plus vrai si la personne hypersensible a eu une « bonne » enfance (d’après les études de Dr Elaine Aron, une personne hautement sensible qui a eu une enfance « difficile », des traumas ou une vie d’adulte très stressante, court le risque de dévélopper de la timidité, de la dépression ou de l'anxiété).  
 
Sensibilité aux subtilités
Le cerveau de la personne hautement sensible est comme programmé pour capter (avec les 5 sens) les choses que les autres ne perçoivent pas, aussi des signaux non-verbaux et les humeurs de l’autre, son authenticité ou crédibilité. Vous vous-êtes certainement déjà rendu compte que vous captez des stimuli qui échappent aux autres (80 % rentre par les yeux), car en général, cela ne passe pas inaperçu. Beaucoup de gens pensent que ce pilier est le noyau de ce trait de personnalité inné, mais ce n’est donc pas vrai, car c’est ce que votre cerveau fait avec les stimuli (nous sommes nombreux à porter des lunettes ou des appareils acoustiques). Il est vrai qu’il y a des personnes hypersensibles qui ont un ou plusieurs sens plus aiguisés, mais ceci est probablement dû au fait qu’elles font leur traitement approfondi très minutieusement plutôt que d’avoir quelque chose de spécial avec leurs yeux, leurs oreilles, leur nez, leur peau ou leur organe du toucher. Les parties du cerveau qui s’activent quand une personne hautement sensible perçoit quelque chose sont les mêmes que celles qui font un traitement plus complexe de l’information sensorielle – il ne s’agit pas des zones qui reconnaissent les lettres de l’alphabet par leur forme ou qui arrivent à lire des mots, mais celles qui captent le sens subtil des mots. La sensibilité aux subtilités est utile pour beaucoup de choses et fait partie de la stratégie de survie hypersensible (s’apercevoir des dangers, saisir les bonnes occasions). Par contre, quand la personne hautement sensible est fatiguée, elle ne remarque vraiment pas beaucoup de choses et n’a qu’une chose en tête : se reposer sans un stimulus de plus !